La Basilique Saint-Paul-hors-les-Murs

La Basilique Saint-Paul, avec son imposante structure byzantine, est la plus grande basilique patriarcale de Rome après Saint-Pierre du Vatican. Elle fut fondée dans les premiers siècles du christianisme sur le lieu où fut enterré saint Paul, quand l’empereur Constantin promulgua l’édit de Milan, par lequel il mit fin aux persécutions contre les Chrétiens et leur accorda la liberté de culte, en favorisant la construction de lieux de prière.

Piazzale San Paolo, 1 00146 Roma

Prix

da € 4,00

Durée

1 heure

Description

L’Église actuelle est le fruit d’une intervention profonde de reconstruction et de restauration, qui eut lieu dans la deuxième moitié du XIXème siècle, à la suite du terrible incendie de juillet 1823 qui détruisit une grande partie de l’ancienne basilique. De cette construction glorieuse et très ancienne, il ne resta que le transept, l’arc triomphal, une partie de l’ancienne façade et le cloître. La nouvelle Église fut consacrée en 1854 sous le pontificat de Pie IX.

Nos propositions

  • Entrée au Cloître, à la Pinacothèque et au site archéologique (entrée incluse seulement pour les possesseurs d’une Omnia Card 72h et 24h) 
  • Visites guidées de la Basilique et du Cloître pour groupes et individuels (pour plus d’informations écrire à romacristiana@orpnet.org)

Informations et accueil

Horaires

  • Basilique : ouverte tous les jours de 7h à 18h30
  • Cloître, Pinacothèque, Site Archéologique : disponibles tous les jours de 9h à 18h

Gratuit pour les enfants de 0 à 5 ans

Gratuit pour les personnes handicapées et leur accompagnateur

Comment s’y rendre

  • De la gare Termini
    Metro Ligne B, direction Laurentina, arrêt "San Paolo Basilica", puis 3 minutes à pied.
  • Metro
    Metro Ligne B, direction Laurentina, arrêt "San Paolo Basilica", puis 3 minutes à pied.
  • Bus
    Ligne 23 (Pincherle/Parravano), descendre à l’arrêt "Ostiense/LGT S. Paolo"

Carte

La valeur de l’expérience

La Basilique Saint-Paul nous transmet de manière claire et précise l’esprit et la mission de l’Apôtre des Gentils, qui a consacré sa vie toute entière à l’Évangélisation du monde à l’époque connu.

La grande statue située dans la vaste cour qui précède la Basilique porte dans ses mains l’Évangile et une Épée, signes puissants de sa mission évangélisatrice et de la force de la parole de Dieu dans le cœur des hommes.

lire la suite

En entrant dans la Basilique, sa taille et sa solennité nous rappellent la dimension universelle de la mission de l’Évangile, à apporter dans le monde entier et à tous les peuples.

cacher

Points d'intérêt

L’Autel papal et le tombeau de saint Paul

Au centre du transept, au-dessus de l’autel papal, appelé ainsi parce que seul le pontife, ou une personne déléguée par lui, peut y officier, s’élève le magnifique ciborium. Celui-ci représente l’une des plus belles œuvres d’art sculptural de la Rome chrétienne, réalisée par Arnolfo di Cambio en 1285. Le ciborium, endommagé par l’incendie, fut reconstruit sur des colonnes du XIXème siècle, avec quelques intégrations.

Le corps de l’Apôtre se trouve aujourd’hui sous l’autel de la Confession. Une balustrade en marbre blanc, construite pendant le Jubilé de 1575, entoure l’autel, et soutient 28 lampes en bronze. Un double escalier conduit à la Confession.

lire la suite

Récemment, en retirant un ancien autel, on a pu découvrir un côté du sarcophage du saint qui était devenu invisible au fil des événements historiques. Une plaque en marbre, avec une inscription à Paul apôtre martyr, était intégrée dans la tombe, et posée à plat au-dessus de la cellule. Cette plaque fut à l’époque adaptée aux nécessités des liturgies et de la dévotion populaire. Deux trous permettaient d’accéder à des puits dans la maçonnerie et de poser des objets personnels sur le tombeau pour obtenir ainsi des reliques « par contact ».

Depuis les premiers siècles de l’ère chrétienne, ce lieu est vénéré comme le lieu de son repos, dans l’attente de sa résurrection, principe fondamental de la foi chrétienne.

cacher

La mosaïque de l’Abside

À l’extrémité de la Basilique, nous nous trouvons face à la splendide mosaïque de l’abside. La décoration du XIIIème siècle, réalisée à la demande du pape Honorius III, témoigne de la fertilité de l’expression artistique à Rome, dans une période de grand raffinement et de vivacité intellectuelle, pendant laquelle le pape commanda à des mosaïstes vénitiens la décoration de l’abside, décidé à supplanter la rigidité du style byzantin.

lire la suite

La mosaïque de l’abside subit d’importants dégâts lors de l’incendie de la basilique, si bien qu’elle fut presque entièrement refaite, en réutilisant seulement une partie des anciennes tesselles.

Au centre de la composition trône le Christ bénissant, qui montre le livre sur lequel est gravée une phrase en latin sur le Jugement Dernier, tirée de l’Évangile de Matthieu : "Venez, les bénis de mon Père, recevez en héritage le royaume préparé pour vous depuis la création du monde". Prostré à ses pieds, en petit, on voit le pape Honorius III.

Selon une tradition byzantine, les dimensions des figures étaient en effet liées à l’importance du rôle des sujets représentés.

À sa gauche, saint Pierre est accompagné de son frère, l’apôtre André, tandis qu’à sa droite se trouve saint Paul, à côté de Luc, auteur des Actes des Apôtres, et témoin de l’évangélisation romaine de Paul.

Les autres apôtres, ainsi que l’évangéliste Marc, disciple de Pierre, et Barnabé, compagnon de foi de Paul, sont représentés dans la partie inférieure.

Les apôtres sont séparés par des palmiers, symbole de l’immortalité.

Au centre de la bande inférieure s’élève le trône vide, avec la croix au centre, qui représente l’attente de l’arrivée du Christ le jour du jugement dernier.

Sous le cul-de-four, nous pouvons admirer la riche chaire papale en marbre blanc.

cacher

Le cloître

Du côté droit du transept on peut accéder au magnifique cloître médiéval qui rappelle la beauté et les principes de la vie monastique. Cette œuvre fut commencée par Pietro da Capua, poursuivie par Pietro Vassalletto et complétée en 1225.

Le cloître est formé de 4 galeries, ornées de colonnes de différents types : lisses, octogonales, tressées, à spirales, ou incrustées de mosaïque. Un des trois côtés, celui qui est adjacent à l’église, est plus riche, ses colonnes sont plus ornées, et sur les bases se trouvent des petits monstres et des sphinx.

C’est le style typique des maîtres marbriers qui opéraient à Rome et appartenaient aux familles Cosmati et Vassalletto, entre le XIIème et le XIIIème siècle.

lire la suite

Le long des portiques du cloître, on peut découvrir l’immense variété des plus étranges motifs représentés entre les arcades : des félins près de paniers de fruits, un triple visage, un masque se terminant avec des feuilles sur les côtés, Adam et Ève commettant le péché originel, un aigle qui saisit un serpent.

Autant d’éléments qui font du cloître de Saint Paul un des exemples plus originaux d’art sculptural médiéval.

Sous les portiques du cloître sont disséminés ou insérés dans les murs des monuments, des inscriptions, des bas-reliefs, ou des sarcophages qui pour la plupart proviennent de la nécropole Ostiense attenante, que nous visiterons à l’extérieur de la basilique.

Un autre élément remarquable pour la structure monumentale et la beauté du cloître est le sarcophage du IVème siècle après Jésus-Christ, au centre de ce côté, sur les faces duquel sont représentés le « Défi de Marsyas » et le « Supplice de Marsyas » : sur une face sont montrées « les muses » et sur l’autre trois bateaux sur lesquels jouent des enfants ailés. Dans le coin gauche, en revanche, est préservée une statue médiévale représentant Boniface IX, pape élu au pontificat en 1389.

cacher
da € 4,00

Ajouter d'autres expériences